Le Moulin Fondu


Les aides à la création, accueils en résidence et répétition , Archives , Les résidences en 2008

Compagnie Pernette - trois miniatures

Après de nombreuses années de création de danse contemporaine en salle, la compagnie Pernette lance une nouvelle création pour la rue.

"Au travers de ces trois miniatures, nous souhaitons cette fois-ci être au plus près du public, dans un rapport de grande intimité, voire parfois de contact...
L’envie est aussi de pousser encore plus loin la miniaturisation de la danse, de livrer "le grain de la peau" aux yeux du spectacteur et de creuser l’exploitation de la mécanique du corps : un corps magique, artificiel, contraste saisissant avec le corps "ordinaire" de l’homme de la rue.
"
Nathalie Pernette

- Première miniature : "La Rose"
Durée : 5 minutes

C’est un projet de "construction du corps"... Comme on construirait, assemblerait, vérifierait pièce par pièce les éléments d’une mécanique.
Ce duo, rigoureusement écrit à l’unisson sur deux ligne parallèles, accumulerait danse des pieds, des genoux et des hanches, du bassin puis du corps central, des mains, des bras et des épaules, de la tête et du cou, dans une recherche du maximum de mobilité articulaire et d’une grande vitesse d’exécution.
Un corps à la limite de la robotique, une construction "froide" pour un acte ultime tout en douceur : offrir une rose, cachée au coeur du costume, à un spectateur.

- Deuxième miniature : "L’apparition"
Durée : 7 minutes

Deux danseurs attablés côte à côte devant un petit groupe de spectateurs. Ils pétrissent, remuent, malaxent, retournent, étalent, roulent et tordent un matériau souple dans une savante chorégraphie de mains, jusqu’à créer l’image reconnaissable de deux êtres.
Unisson, calage, décalage, question-réponse mais mouvement fluide et perpétuel... Cette sorte de démonstration empruntera au bonimenteur de foire comme au tour de magie.

- Troisième miniature : L’insomnie
Durée : 10 minutes

"S’il y a, en ma qualité de danseuse et chorégraphe, un domaine que je souhaiterais pouvoir faire apprécier du public, c’est celui des sensations tactiles.
L’insomnie sera une expérience "à partager", conduite par deux danseurs, reçue par un spectacteur volontaire sous le regard des autres.
Confortablement assis sur un siège, les yeux fermés ou ouverts à sa convenance, "l’élu" recevra une fine danse orchestrée par les deux interprètes.
Un massage en mouvement, qui s’appuiera sur un ensemble de verbes d’actions tirés du dictionnaire.
L’envie de donner et recevoir sans qu’un seul mot ne soit échangé..."
Nathalie Pernette

Site internet de la Compagnie Pernette

jeudi 8 janvier 2009


© 2017 - | Contact | Mentions légales | Crédits